Remarque

Ce format d’histoire multimédia utilise du contenu audio et vidéo. Veuillez vérifier que vos haut-parleurs sont allumés.

Utilisez la roulette de la souris ou les touches de direction de votre clavier pour parcourir les pages.

Balayer pour parcourir les pages.

Démarrer

Statistiken

Logo https://eda.media-flow.ch/statistiques-2018-fr?extlink

La coopération internationale mise en oeuvre par la DDC et le SECO forme l'essentiel de l'aide publique au développement (APD) dispensée par la Suisse, qui comprend également les contributions d'autres offices fédéraux ainsi que l'aide fournie par les cantons et communes suisses.

Accéder à la première page
Accéder à la première page
Scroll up
Scroll left
Scroll right
Scroll down

Lateinamerika

Amérique latine

Afrique subsaharienne

Europe, Afrique du nord et Moyen-Orient

Asie

Accéder à la première page
Activer/Désactiver

Les programmes de la DDC en Amérique latine recouvrent les secteurs de la gouvernance locale et de la décentralisation, la création d’emploi et de revenus, le changement climatique et l’eau. Dans les contextes fragiles (Honduras, Haïti), l’accent est mis sur la prévention de la violence, la promotion des droits humains et le renforcement de l’Etat.

Au Pérou, le SECO soutient principalement le développement des structures économiques, la compétitivité du secteur privé et l’accès aux services publics. En Colombie, où certaines régions du pays sont toujours fortement touchées par la présence de groupes armés et du crime organisé, le SECO crée des perspectives économiques et contribue ainsi à une paix durable.

Accéder à la première page
Activer/Désactiver

La coopération internationale de la Suisse consacre plus d’un tiers de ses moyens à l’Afrique subsaharienne.

L’accent de la coopération au développement est placé sur l’accès des populations défavorisées aux prestations sociales de base (santé, éducation), aux infrastructures (eau), à l’emploi et aux revenus, ainsi qu’à une croissance durable.

De nombreuses régions d’Afrique subsaharienne connaissent des crises chroniques, où les populations concernées dépendent de l’aide humanitaire de manière récurrente et/ou prolongée. Dans ces régions, l’Aide humanitaire intervient dans le cadre de stratégies mises en œuvre conjointement avec d’autres partenaires de la coopération internationale.

Accéder à la première page
Activer/Désactiver

L’aide à la transition mise en œuvre par la Suisse vise à accompagner les Balkans occidentaux et les pays de l'ancienne Union soviétique sur la voie de la démocratie et de l'économie sociale de marché. La Suisse contribue ainsi à la stabilité politique et améliore les perspectives d’avenir des populations.

En Afrique du Nord, les projets sont axés sur la démocratie et les droits de l’homme, sur un développement économique et des emplois durables et inclusifs et sur les enjeux de migration et de protection.

Au Moyen-Orient, la DDC s’emploie à améliorer la protection des réfugiés et des personnes dans le besoin et leur accès aux services essentiels, ainsi qu’à assurer une gestion durable de l’eau.

Accéder à la première page
Activer/Désactiver

A travers l’aide à la transition en faveur des pays d’Asie centrale, la Suisse soutient la gestion régionale et nationale de l'eau, le développement du secteur privé ainsi que les réformes du secteur public et du système de santé.

La coopération internationale de la Suisse en Asie de l’Est et du Sud se concentre sur des pays et régions affichant des taux de pauvreté multidimensionnelle encore très élevés, par exemple en termes de revenu, de manque de sécurité, d’accès limité aux services de base, de malnutrition chronique, de vulnérabilité aux chocs écologiques et économiques et de discrimination sociale et ethnique de vastes groupes de population.

Accéder à la première page
Activer/Désactiver

La DDC concentre l'essentiel de ses activités dans les pays aux revenus les plus faibles. En 2018, la moitié des dépenses bilatérales ont été destinées à l'Afrique et au Moyen-Orient, un quart à l'Asie du Sud et de l'Est, et le dernier quart à l'Amérique latine et à l'aide à la transition en Europe et en Asie centrale.

Le SECO est davantage actif dans les pays à revenu intermédiaire. L'aide à la transition dans les pays de l'Est représente plus d'un tiers des dépenses 2018. L'Asie du Sud et de l'Est, l'Afrique subsaharienne et l'Amérique latine forment, à parts presque égales, les autres principales régions destinataires.

Accéder à la première page
Accéder à la première page
Activer/Désactiver

Au travers de plus de 500 programmes et projets, la coopération au développement de la DDC concentre ses activités sur dix thèmes prioritaires. Elle en adapte les priorités en fonction des besoins de ses 21 pays et régions partenaires au Sud.

Les thèmes de l’égalité entre femmes et hommes ainsi que la gouvernance sont gérés à la fois comme des thèmes transversaux et sectoriels.

Accéder à la première page
Activer/Désactiver

Afin que les fonds alloués à la coopération avec l'Europe de l'Est soient utilisés le plus efficacement possible, la Suisse concentre ses activités sur un certain nombre de thèmes. Les critères appliqués pour fixer ces priorités sont les besoins des pays, leur potentiel et le savoir-faire helvétique concernant les divers thèmes. Enfin, les intérêts politiques des parties prenantes sont également pris en compte.

Accéder à la première page
Activer/Désactiver

L’Aide humanitaire de la DDC s’attache en priorité à fournir une aide sur place et à mener une action de sensibilisation au respect du droit international, en accordant une attention toute particulière à la protection des populations civiles les plus touchées.

Accéder à la première page
Activer/Désactiver

Les mesures de politique économique et commerciale du SECO visent quatre objectifs d’effet. À savoir: des institutions et des services efficaces, davantage et de meilleurs emplois, un commerce et une compétitivité renforcés ainsi qu’une économie faible en émissions et résiliente au climat. Ils contribuent tous à une croissance durable et inclusive.

Accéder à la première page
Activer/Désactiver

Dans le but d'atteindre l'objectif fixé par le Parlement d'un taux d'aide publique au développement (APD) équivalent à 0,5% du Revenu national brut (RNB), les moyens alloués à la DDC ont connu une croissance soutenue jusqu'en 2015.

Dès 2016, les crédits de la coopération internationale ont été fortement impactés par les mesures d'économie décidées par le Conseil fédéral et approuvée par le Parlement (programme de stabilisation et frein à l'endettement).

Accéder à la première page
Activer/Désactiver

Les moyens octroyés au SECO ont progressivement augmenté dans le but d'atteindre l'objectif d'un taux APD/RNB de 0,5% d'ici 2015.

Dès 2016, les moyens ont progressivement diminué suite aux mesures d'économie de la Confédération qui, proportionnellement, ont particulièrement impacté les crédits de la coopération internationale.

Accéder à la première page
Accéder à la première page
Activer/Désactiver

Les apports d’aide publique au développement (APD) des membres du Comité d’aide au développement (CAD) se sont élevés à 153 milliards USD en 2018. Avec un ratio APD/RNB de 0,44%, la Suisse se situe en-dessous de la moyenne des pays de l’UE (0,47%). Elle conserve néanmoins la 8ème position dans le classement comparant l’APD des pays membres du CAD en pourcent de leur RNB.

En termes de volume financier, les plus grands contributeurs sont les États-Unis, l'Allemagne, le Royaume-Uni, le Japon et la France. La Suisse se situe à la 12ème place du classement en montants absolus.

Accéder à la première page
Activer/Désactiver

La coopération internationale mise en oeuvre par la DDC et le SECO représente près de 80% de l'APD totale. Certains coûts liés à l’accueil des requérants d’asile en Suisse sont comptabilisables comme APD: leur part fluctue entre 8% et 21% selon les années. Le reste comprend d'autres contributions de la Confédération, y compris des remises de dette bilatérale en 2005 et 2009, ainsi que des cantons et communes suisses.

La croissance jusqu'en 2015 des moyens destinés à la coopération internationale a permis d'atteindre cette même année l'objectif fixé par le Parlement d'un taux APD/RNB de 0,5%. Dès 2017, l'APD recule cependant suite à la diminution des coûts d'asile et aux mesures d'économies touchant les crédits de la coopération interationales. Le taux APD/RNB actuel est retombé à 0,44%.

Accéder à la première page
Activer/Désactiver

L'APD multilatérale comprend les contributions générales versées par la DDC et par d'autres offices fédéraux à des organismes de développement internationaux. Les institutions financières internationales (IFI), dont l'association internationale de développement (IDA), sont les principales bénéficiaires de l'APD multilatérale, suivies par les agences des Nations Unies et enfin par d'autres organisations internationales.

Au cours des quinze dernières années, la part de l'APD multilatérale est demeurée relativement stable, représentant entre 20% et 25% de l'APD totale.

Les contributions aux organisations non gouvernementales internationales, y compris le Comité international de la Croix-Rouge, sont quant à elles considérées comme de l'APD bilatérale.

Accéder à la première page
Faire défiler pour continuer Swipe to continue
Balayer pour continuer